Vertiges de Ménière : causes, manifestations et traitement

Rate this post

La maladie de Ménière est une pathologie d’origine virale, auto-immune ou même génétique qui affecte l’oreille interne, et qui est plus récurrente chez les populations âgées de 20 ans à 50 ans. Elle se manifeste par plusieurs symptômes désagréables et redoutables comme les acouphènes, la fluctuation de l’audition, et surtout les vertiges chroniques qui rendent la maladie principalement dangereuse. Si vous ressentez des vertiges répétitifs et persistants, vous découvrirez dans cet article comment savoir s’il s’agit des vertiges de Ménière et, le cas échéant, comment les soulager.

Zoom sur le syndrome de Ménière

Découverte pour la première fois au XIXe siècle par Prosper Ménière, la maladie de Ménière qu’on appelle encore syndrome de Ménière est une pathologie d’origine virale, auto-immune ou génétique qui affecte l’oreille interne. Elle est causée chez les sujets par une surpression due au surplus de liquide endolymphatique, ce qui provoque une surpression dans le vestibule et dans la cochlée.

Aujourd’hui, les symptômes les plus connus qui permettent de détecter la présence du syndrome de Ménière sont :

  • Le nystagmus ;
  • Les acouphènes répétitifs ;
  • La perte d’équilibre et la fatigue ;
  • Une audition sensorielle fluctuante ;
  • Les vertiges chroniques et prolongés.

Qu’est-ce que les vertiges de Ménière ?

Le vertige de Ménière est un vertige sporadique ou chronique qui accompagne le syndrome de Ménière, et peut être accompagné de nausée. Les épisodes vertigineux liés à la maladie de Ménière surviennent à l’improviste, ce qui confère à la maladie un statut redoutable et potentiellement invalidant. Ordinairement, les vertiges de Ménière peuvent durer jusqu’à 24 h et plus en fonction de la gravité de la pathologie.

Lire  Appareils anti-rides : quel est l’avis des dermatologues ?

Comment diagnostiquer les vertiges de Ménière ?

Les vertiges figurent parmi les symptômes d’une kyrielle de maladies avec divers niveaux de gravité en fonction de l’évolution de la pathologie. Ainsi, en cas d’épisodes vertigineux persistants qui s’accompagnent de malaises ou de nausées, vous devez immédiatement consulter un médecin pour en identifier la cause.

En effet, 4 facteurs orientent le diagnostic, et permettent d’identifier les vertiges de Ménière. Il s’agit de :

  • La nature et la durée du vertige : le vertige de Ménière est un vertige dévastateur et invalidant qui est suivi de signes neurovégétatifs sévères comme la nausée, la diarrhée, la transpiration et les vomissements, et peut durer au minimum 2 ou 3 heures. Toutefois, il peut persister jusqu’à 12 ou 24 heures, et laisse le sujet dans un état d’ébriété et d’épuisement ;
  • Les troubles de l’audition : les vertiges de Ménière s’accompagnent des troubles de l’audition, notamment les acouphènes et la baisse de l’audition. Dans ce dernier cas, les patients présentent une distorsion sonore, une diplacousie et une intolérance aux sons à fort décibel ;
  • Les symptômes secondaires : en plus du vertige, les patients atteints du syndrome de Ménière présentent également d’autres symptômes comme le stress, les chocs affectifs et l’anxiété ;
  • L’évolution de la pathologie : on reconnaît également le vertige de Ménière à partir du rythme évolutif de la maladie. Quand ils sont provoqués par le syndrome de Ménière, les vertiges sont particulièrement agressifs et changent de caractéristiques au fil du temps.

Comment soulager les vertiges de Ménière ?

Une fois que le diagnostic confirme la présence de syndrome de Ménière, le patient est systématiquement mis sous traitement. Mais il existe également d’autres traitements pour apaiser le vertige de Ménière parallèlement au traitement de la pathologie.

Lire  Prostalim Xr : notre avis complet sur cette solution contre la prostate

Quel que soit le type de vertige, un diagnostic médical est le meilleur moyen pour détecter l’origine du malaise afin d’apporter une prise en charge approfondie. Pour le cas du vertige de Ménière, la plupart des patients visent en premier lieu un traitement médicamenteux. Il s’appuie sur l’administration d’anti-nauséeux et d’anti-vertigineux.

Laisser un commentaire